Créons de la richesse ensemble!

gaia-artisane-masai-relationÀ l’ombre d’un arbre en retrait du marché local, Gaïa a rencontré cette jeune femme. Elle fait partie d’un groupe d’artisanes Masaï qui partagent les mêmes défis :

  • Vendre leur artisanat aux touristes au marché de Naïrobi, situé à 4 heures de marche et d’autobus de chez elles… alors qu’elles ne parlent pas anglais.
  • Obtenir l’approbation de leur mari pour avoir le droit de quitter la maison pour ce grand voyage. Il faut bien que le repas soit sur la table au moment où ces messieurs ont un petit creux! Rares sont celles qui obtiennent ce grand privilège.
  • Nourrir et éduquer leurs nombreux enfants… les hommes traditionnels Masaï aiment faire le plus d’enfants possible, avec autant de femmes différentes qu’ils peuvent se le permettre. Ah, et aussi, tradition oblige, les hommes n’entrent pas en contact avec les enfants avant qu’ils aient 25 ans. Tout ça pour dire que les femmes sont presque toujours seules avec un nouveau-né dans les bras!
  • Trouver de l’eau pour boire, cuisiner, abreuver les vaches et les chèvres, cultiver des patates… Cette eau est, pour plusieurs, située à plus de 2 heures de marche.
  • Cacher leur argent de leur mari pour qu’elles puissent acheter de la nourriture avant que ces sympathiques messieurs la dépensent au bar du village.

Pendant que Catherine et moi échangions des idées avec le groupe, Gaïa apprenait l’art local.

Cette jeune femme l’a trouvé sympathique et lui a donné un bracelet.

Ça lui a donné l’idée de lancer un projet avec elle :

  • Il lui a acheté 50 bracelets.
  • Il vendra ces bracelets à sa famille, ses amis, les étudiants de l’académie, à son école et ailleurs.
  • Il retournera 25% de ses revenus au groupe de femmes pour les aider à réaliser leur projet de creuser un puit à proximité de leur village.
  • Il réinvestira ses profits dans l’achat d’autres bracelets et ainsi de suite!

Présentement, plusieurs enfants ne mangent qu’une fois par jour, du riz et des patates. Ils ont grandement besoin d’une alimentation plus abondante et diversifiée. Ça brise le cœur d’en voir certains qui tremblent, qui ont la morve au nez et qui sont envahis par les mouches noires.

Avec une source d’eau à proximité, ces femmes économiseront 3-4 heures de marche par jour. Elles pourront investir ce temps auprès de leurs enfants et à la production de leur art. L’eau leur permettra aussi de cultiver un jardin communautaire où elles feront pousser leurs aliments. Les revenus supplémentaires leur permettront d’envoyer leurs enfants à l’école avec un crayon, un cahier de notes et des vêtements dignes de leur nom.

C’est une belle façon de créer de la richesse ensemble.

Catherine et moi avons aussi apporté notre grain de sel au projet…

  • Ces femmes sont ornées de bijoux magnifiques qu’elles fabriquent elles-mêmes. C’est un art transmis de mères en filles depuis des centaines d’années. Elles avaient cependant pris l’habitude de fabriquer des produits de faible qualité pour les touristes, croyant qu’ils veulent payer le moins cher possible. Nous leur avons montré l’importance d’offrir des produits de qualité et d’obtenir un prix juste pour leur art. C’est essentiel autant pour les touristes que pour exporter leurs produits à l’international.
  • Nous leur avons créé un catalogue de produits rédigé en anglais pour leur permettre de vendre leur art directement aux touristes, aux hôtels, aux opérateurs de safari et autres.
  • Nous avons réservé le site Web « allmasai.com » et « allmasai.org » pour leur permettre d’exporter et de faire connaitre leur culture partout à travers le monde. Notre connexion Internet est présentement beaucoup trop lente pour mettre ce site en place, nous le ferons à notre retour à la civilisation. Si vous avez des connaissances en création de site Web, infographie, optimisation de moteurs de recherche… et que vous voulez vous impliquer, laissez un commentaire au bas de cet article, votre aide donnera de la force au projet.
  • Nous leur avons enseigné l’importance d’établir une relation de confiance et d’offrir une expérience extraordinaire à leurs clients. Elles mettront donc leurs plus beaux habits pour aller au marché. Elles se tiendront la tête haute, fières de leur art. Elles partageront leur culture en enseignant la « poignée de main Masaï », leurs chants et leurs danses traditionnels à leurs clients.
  • Nous leur avons enseigné l’importance de l’amélioration continue, de la créativité et de l’imagination. Améliorer leurs produits, l’expérience des clients… améliorer leur vie en général. En fait, je crois que c’est le plus grand enseignement que nous avons pu partager avec elles. Par exemple, la première version des bracelets que Gaïa a achetés était impossible à enlever. En 15 minutes de réflexion et d’expérimentation, elles ont trouvé un petit ajustement qui réglait le problème. C’est du temps bien investi! Une petite amélioration par semaine, ça donne un grand progrès à la fin de l’année.

    Imaginez… leurs maisons sont faites d’un mélange de bois, de terre et de bouse de vache. Le toit est en tôle, il fait 400C en été. La seule fenêtre est de la taille d’un pamplemousse. Les femmes passent leurs journées à cuisines au feu de bois là dedans. Il fait noir, c’est rempli de boucane, difficile pour moi d’y passer plus de 10 minutes.

    « Pourquoi est-ce que la fenêtre n’est pas plus grande? »

    « C’est parce que ça a toujours été fait de même! »

    Le seul avantage qu’elles ont pu y trouver c’est que ça empêche les mouches de rentrer. Oh!

    « Et si vous aviez un grand trou avec un moustiquaire dedans, est-ce que ça ferait l’affaire? »

    « Euh… bien oui, c’est une excellente idée! »

    Une plus grande fenêtre avec un moustiquaire : plus de lumière, moins de boucane, aucune mouche qui entre par la fenêtre. Il fallait juste prendre 10 minutes pour y penser!

Mon voyage au Kenya me rappelle chaque jour l’importance de savoir utiliser notre imagination et notre créativité. C’est la plus grande richesse que nous avons. Il faut aussi que ça soit ancré dans des connaissances et des faits. C’est pourquoi l’éducation est si importante. C’est en unissant les deux qu’on change le monde, un peu, un jour à la fois.

Nous travaillons avec plusieurs autres groupes et individus :

  • Un chauffeur de motocyclette qui est en compétition avec des dizaines d’autres qui offrent le même service que lui au même coin de rue. Nous regardons avec lui comment offrir un nouveau service de safari culturel à moto.
  • Des marathoniens qui veulent améliorer leurs performances et participer à des compétitions internationales. Nous utilisons l’hypnose holistique pour mettre leur esprit au service de leurs performances. Nous leur enseignons aussi comment se vendre auprès de commanditaires.
  • Un groupe d’agriculteurs qui ne savent pas quoi faire pousser pour avoir un revenu intéressant ni comment amener l’eau à leur terrain. Nous leur enseignons à mettre à profit le talent et les réseaux de chacun de leurs membres, à trouver des solutions créatives et faire une petite étude de marché. Déjà hier ils ont pensé à un endroit où trouver de l’eau et une façon originale de la transporter.

Nous avons la chance de collaborer avec Virginia Sekada, une femme extraordinaire dont je vous raconterai bientôt l’histoire. Elle connait tout le monde dans la région! C’est grâce à elle que nous avons rencontré plus de 250 personnes depuis notre arrivée ici il y a seulement 10 jours. Cette femme est une grande richesse pour sa communauté.

Ça fait déjà 3 ans que j’enseigne l’entrepreneuriat et la création de projets à l’Académie Dolfino. C’est ici que j’ai vraiment compris à quel point c’est important d’avoir des projets ambitieux et de leur donner vie. En fait, ici, c’est réellement une question de vie ou de mort.

  • JP Raymond

    Je vous ai envoyé une question par email. Très très intéressant votre article !